Category Stratégie
élections municipales

🥇 Vous lisez un article Premium habituellement réservé aux candidats accompagnés par Candidata. En cette période exceptionnelle, nous le mettons à disposition de tous nos lecteurs.

Alors que se profile la sortie du confinement le 11 mai, il subsiste encore beaucoup d’incertitudes concernant les élections municipales. Faudra-t-il tout recommencer ? La campagne sera-t-elle plus courte ? D’ailleurs pourra-t-on faire campagne comme avant ?

Si nous partons de l’hypothèse qu’un 2nd tour en juin 2020 est peu probable, il faudra sans nul doute, reprendre le processus électoral dans son ensemble, de la constitution de la liste jusqu’aux 1ers et 2èmes tours de scrutin.

Dans quel cas êtes-vous ?

  • Vous ne l’avez pas emporté le 15 mars. Quelle que soit votre position au classement, les cartes sont rebattues !
  • Vous bénéficiez d’un léger avantage au score, mais le confinement vous oblige à regarder l’équipe sortante s’activer auprès des concitoyens, ne vous laissant que vos yeux pour contempler votre avance en train de fondre ?
  • Vous êtes un challenger prêt à renverser la vapeur devant une gestion approximative (à l’échelle communale) du Covid-19 ?
  • Vous dirigez la liste sortante à la peine lors du premier tour de mars 2020 ?

 

Vous pouvez profiter des de cette deuxième opportunité, et améliorer votre score. Une question demeure : si vous ne l’avez pas emporté la première fois, que devez-vous changer pour faire la différence cette fois-ci ?

 

Notre équipe vous livre des éléments de réponses et de quoi alimenter vos réflexions en période de confinement.

Calculer votre socle électoral : repartir sur des bases solides

communication _crise

On ne le dira jamais assez. Le calcul de votre socle électoral est la première chose à faire avant la campagne et à la sortie de chaque tour de scrutin. Il s’agit d’un élément tangible qui permet de construire une stratégie de campagne sur des bases solides.

  1. Faire un premier bilan avec des chiffres. Si l’abstention est forte, lors du 1er tour de mars 2020, ça a le mérite de faire ressortir le nombre d’électeurs prêts à vous soutenir, malgré le contexte sanitaire actuel. C’est une bonne base pour déterminer le nombre d’électeurs dont vous avez besoin pour l’emporter. Faîtes les calculs nécessaires en fonction des résultats des scrutins précédents (municipales 2008, 2014, départementales 2015), durant lesquels vos adversaires ou vous-même avez été candidats. Calculez les différentiels d’abstention, mesurez les évolutions en matière de voix (et non en pourcentages) d’une élection à l’autre, et incluez les marges d’erreur liées aux dynamiques électorales (en fonction de votre position d’arrivée lors du 1er tour).

  2. Quel électorat cibler ? En fonction de votre socle électoral et du calcul de la marge électorale à conquérir, vous devez maintenant mieux cibler votre électorat. Pour cela, déterminez l’espace politique que vous occupez, ou celui que vous souhaiteriez occuper. Comparez ensuite avec l’espace qu’occupe vos adversaires et les scores qu’ils ont obtenus. Au sein de cet espace politique, vous savez à présent si vous êtes identifiable ou non pour les électeurs. Il reste maintenant à vos soutiens d’engager des opérations de mobilisation auprès des franges les plus susceptibles d’aller voter ; À vous de ne pas refaire les erreurs de communication pour que vous soyez identifiable par votre base électorale.

  3. Quelle stratégie adopter ? Maintenant que vous connaissez votre socle électoral, que vous savez quelle est votre marge d’électeurs à conquérir et l’espace politique qu’ils occupent, vous devez infléchir quelque peu votre stratégie. Retravaillez, votre stratégie de communication, car si vos cibles électorales changent, vous devez également adapter vos messages (et non pas en modifier la teneur, vous risqueriez d’anéantir votre campagne et faire fuir votre base électorale). Il en va de même pour votre stratégie de campagne et de mobilisation, la temporalité électorale étant bouleversée, modifiez vos canaux de communication et vos modes de campagne.

 

Vous l’aurez compris, il est essentiel de s’appuyer sur une analyse de socle électoral fiable. Pour bâtir une campagne solide. Vous souhaitez faire appel à nos consultants pour définir votre socle électoral ? Contactez-nous sur ce formulaire

Redéfinir ou non votre axe de campagne : prendre la bonne direction et la suivre

valoriser action

Les résultats du 1er tour des municipales vous ont sans doute surpris. Vous avez obtenu un score qui dépasse vos espérances, ou inversement, vous avez légèrement surestimé votre force. Alors que faire ? Nous parlons ici de redéfinir votre axe de campagne, à savoir votre motivation, l’objectif de votre candidature. C’est tout à la fois, la dynamique de votre campagne et sa colonne vertébrale.

  1. Repartir ou s’allier. Si malheureusement votre score ne vous permet qu’un maintien précaire au 2nd tour, ou une alliance bancale avec d’autres forces politiques minoritaires pour peser sur le scrutin, il va falloir revoir votre axe de campagne. Rassurez-vous, la victoire peut prendre différentes formes. Vous pouvez d’ores et déjà songer à une alliance éventuelle dès le 1er tour si celui-ci venait à être rejoué. Même si vous n’êtes plus tête de liste, vous impulserez ainsi une nouvelle dynamique dans cette campagne où la mobilisation sera un facteur clé. Vous avez fait un bon score, ou bien vous menez la course : attention ! Rien n’est acquis, si le 1er tour est à rejouer et qu’il faille tout refaire (y compris un dépôt de liste). Songez aux groupes d’électeurs qui vous ont fait défaut, et pourquoi.

  2. Miser sur le coup d’après. Malheureusement, vous constatez que malgré vos efforts et votre campagne de chaque instant, vous n’êtes pas arrivé à atteindre votre objectif en matière de résultats. Néanmoins si votre score vous le permet, et que vous obtenez des sièges au sein du futur conseil municipal ou du conseil communautaire, regardez l’avenir. Votre campagne peut s’infléchir légèrement et conforter votre position de future opposition. Libre à vous de déterminer si cette opposition sera frontale, constructive, fédératrice… Les prochaines élections, vous aurez accumulé de l’expérience et de la visibilité pour être encore meilleur.

  3. Tenter le coup. Pourquoi pas ? Malgré votre faible score ou votre impossibilité de vous maintenir en cas de 2nd tour, votre priorité n’était pas d’être élu, mais de jouer une place en cas de fusion de liste, ou tout simplement de véhiculer une idée au sein de cette campagne, et d’imposer vos thèmes. Même si vous ne l’emportez pas, même si vous n’êtes pas éligible, vous pouvez amener dans cette élection des sujets qui vos préoccupent.

  4. La campagne de notoriété. Votre objectif n’est pas de prendre la place de maire de votre commune, mais de jouer les scrutins d’après (départementales, régionales, législatives…). Bien sûr ne communiquez pas à ce propos, recentrez-vous sur les enjeux des municipales, en n’oubliant pas de vous faire connaître et de mettre en place un dispositif de communication qui fasse parler de vous en dehors de votre commune. Mais sans omettre d’adapter votre stratégie à cet axe de campagne spécifique.

 

Votre axe de campagne, c’est votre motivation, votre but, ce que vous cherchez à atteindre en vous présentant. Maintenant que vous avez une visibilité sur l’espace politique dans votre commune, en raison des circonstances exceptionnelles, à vous de redéfinir votre axe. Besoin d’un conseil en stratégie électorale pour déterminer le meilleur axe possible ? Contactez-nous !

Réorienter votre stratégie de communication : Recalibrez votre message

réseaux sociaux

Votre analyse de socle électoral a bougé et a impacté votre axe de campagne, même de manière légère. Il convient donc de réorienter votre stratégie de communication, pour que tous les éléments qui constituent votre campagne soient cohérents. Nous ne parlons pas ici d’un bouleversement immense qui inverse votre campagne initiale, mais de leviers pouvant donner une dynamique à certains aspects de votre communication via votre message, votre image et vos outils. En reprise de campagne il est important de renvoyer une image et d’émettre un message. Petits exemples dans les prochaines lignes…

  1. Redynamiser en redistribuant les cartes. Nos consultants reçoivent souvent des questions similaires durant cette période troublée. Dois-je intégrer de nouvelles personnes dans ma liste si nous devons procéder à des nouvelles élections municipales ? Mais aussi, comment redynamiser ma campagne ? Nous associons souvent ces deux questions car elles sont liées. Oui, profiter de cette situation exceptionnelle pour procéder à des modifications dans l’ordre des colistiers, des ajouts ou des retraits peuvent avoir des avantages. Seulement il convient que ces changements soient motivés, et qu’ils apportent une plus-value à votre candidature. Si vous avez bouclé votre liste dans l’urgence, il se peut que certains de vos colistiers ne soient pas aussi motivés, notamment en fin de liste. Alors pourquoi ne pas leur proposer de se retirer au profit de personnes plus intéressées, plus enthousiastes (nous vous renvoyons au point précédent sur l’axe de campagne). Notre astuce : profitez des places de suppléants, qui font partie des nouveautés de ces élections municipales, si personne ne les occupe, selon la taille de votre commue vous en disposez d’une ou deux et peuvent être très utiles.

  2. Quels thèmes modifier ? Modifier les thèmes et les idées qui ont été les vôtres durant ces derniers mois de campagne et vous auriez l’impression de perdre l’âme de votre candidature. Néanmoins, procédez à un recadrage des thèmes de campagne, pour coller aux nouvelles attentes des électeurs peut vous rapporter des voix. Précisons à nouveau, il ne s’agit pas de changement, mais bien de recadrage. C’est-à dire aborder vos thèmes de campagne à travers de nouveaux prismes, qui sont susceptibles de retenir l’attention des électeurs, en parlant de leurs attentes, mais aussi en les rassurant. La période que nous traversons est anxiogène et génère un besoin de protection ; en recadrant vos thèmes de campagne, vous montrez que vous avez saisi l’urgence et l’importance de la situation en sortie de confinement. Ainsi vous êtes plus à même d’intéresser les électeurs, en évoquant vos thèmes de campagne via des cadres comme la sécurité sanitaire ou non, les enjeux de santé, les enfants et les écoles, ou encore les commerces en difficultés face à la récession économique.

  3. Le cas des cérémonies du 8 mai. Pour les communes qui n’ont pas encore un conseil municipal au complet, cet entre-deux tours, voir même cet entre-deux électoral est extrêmement complexe à gérer. Que vous soyez en majorité ou en opposition, les apparitions publiques sont rares et doivent être justifiées. Elles sont néanmoins l’occasion pour vos adversaires de critiquer et tirer à vue sur votre comportement. Voilà pourquoi nous vous conseillons d’anticiper. Ce qui est normalement un moment de concorde, mais admettons-le aussi, une occasion d’être visible, est profondément bouleversé par l’épidémie de Covid-19. Contactez-nous pour élaborer ensemble votre stratégie de communication pour ces événements et pour la suite de votre campagne, ou tout simplement recalibrer à vos côtés votre campagne avant de commettre des erreurs irréparables.

Comme vous venez de le lire, changer votre campagne n’est pas un choix qui se fait à la légère. D’ailleurs ce serait un énorme risque politique, de ne pas prendre en compte tous les éléments mentionnés plus haut dans votre décision. Tout changer ou rester quasiment immobile en période de bouleversements nécessite une réflexion plus profonde, et implique nécessairement des nuances.

Alors comment mettre tout ça en pratique ? De la tactique à la mobilisation, nous vous donnerons des éléments dans notre prochain article.

Conseillez-moi !