élections municipales

A l’image de la drôle de guerre, où les soldats français pensaient achever le conflit en quelques semaines, la temporalité électorale se retrouve complètement bouleversée, à cause de la guerre déclarée par le Président de la République au Covid-19…

Ce devait être une campagne éclair

Tout se passait comme les consultants politiques l'avait annoncé :

  • Des départs tardifs en campagne;
  • Des élus sortants qui ne se découvrent que quelques jours avant la limite du dépôt de listes en préfecture;
  • Des élections où les programmes comptent peu;
  • Des campagnes où les personnalités sont mises en avant plutôt que les étiquettes politiques;

Le Covid-19 bouleverse notre société et tous les aspects qui touchent à notre vie de tous les jours.  Nos moyens de transports, notre rythme professionnel, nos rapports aux autres, nos gestes du quotidiens, notre façon de vivre, de consommer et même de penser doivent s’adapter face à une réglementation qui impose et qui contraint.

Or les élections municipales, même si certains tentent d’en nationaliser les enjeux, restent aux yeux des français, une élection de proximité avec un enjeu majeur : la vie quotidienne et toutes les compétences institutionnelles qui y sont liées.

Du fait des dispositions adoptées récemment qui bouleversent le calendrier électoral  les usages des campagnes sont eux aussi modifiés de façon inédite.

Le rituel du vote s’en trouve déjà déréglé

Le passage par le bureau de vote, par l’isoloir et par la table de vote, répond déjà à un rituel démocratique qui est modifié par les mesures de distanciation sociales, ainsi que par les gestes barrières. Ces transformations dans le processus, assimilable à une communion républicaine, impactent surtout les électeurs incertains, les abstentionnistes repentis, les primo votants et les nouveaux arrivants. Ceux-ci sont à la recherche de repères et de stabilité au moment du vote.

En d’autres termes, avec le contexte des campagnes éclaires et basées sur des personnalités, des concours de formes et des logos… la transformation brutale du rituel du vote profite aux personnalités politiques identifiées : le maire sortant, l’adjoint politique adoubé, le leader de l’opposition municipaleLe contexte physique et psychologique au moment d’entrer dans l’isoloir impacte alors le choix de l’électeur qui cherche à se protéger.

Vous êtes l’outsider, le dissident, candidat indépendant, novice en politique, celui que personne n’attendait ? La force de conviction se travaille bien en amont et la campagne courte n’est sans doute pas le meilleur format pour vous. Créer la surprise dans les urnes c’est savoir convaincre par un « faire campagne » différent. Illustrer un mandat potentiel à venir grâce à des nouvelles méthodes de campagnes. Ce n’est qu’à ce prix que les électeurs pénétreront dans l’isoloir convaincus que vous êtes la femme ou l’homme de la situation.

La distance temporelle prolongée entre les deux tours de l’élection est une grande première pour une élection municipale.

Comment entretenir une base électorale, pour que les électeurs ne perdent pas le fil de l’élection ? Le lien entre vos électeurs du premier tour et vous est amené à se distendre, tout comme l’intérêt que votre campagne a pu susciter dans la période précédant le scrutin du premier tour.

Une fois encore, les candidats visionnaires, ou tout simplement ceux qui ont eu du flair, se sont équipés très tôt de logiciels de campagne adaptés aux spécificités de leur territoire et de leur mode de campagne. Ainsi ils n’ont plus besoin de faire du porte-à-porte ou du tractage (rendus impossibles par le confinement), pour récolter des adresses e-mails ou encore pour enrichir leurs bases de soutiens. Le travail ayant été fait en amont, le maintien du lien entre le candidat et les électeurs déjà visités est optimisé en ligne, au téléphone et par sms.

cddt-phone

Nos conseils

Des militants et sympathisants qui se proposent de vous aider en cette période de confinement ? Organisez-les ! Faîtes-en des relais d’influence, ils peuvent vous aider dans les envois de mails, les coups de téléphone, pour prendre des nouvelles de vos concitoyens et vous rappeler à leur bon souvenir. Développer votre présence en ligne et la viralité de vos publications sur les réseaux sociaux, grâce à leur concours.

En période de confinement, le contact avec les électeurs se fait majoritairement de manière numérique et digitale. Pour autant vos forces militantes et vos colistiers peuvent vous être utiles. Ils convient simplement d’adapter votre stratégie en ligne pour devenir efficace ! Bien évidemment, plus vous aurez travaillé en amont de cette période électorale, plus votre visibilité sera grande. N’oubliez jamais que derrière un écran, il y a un être humain, et que les sentiments composent une part importante de la transaction électorale.

Que les résultats du premier tour vous aient été favorables ou non, que votre conseil municipal soit d’ores et déjà élu au premier tour ou non, des données électorales sont à votre disposition. Il ne tient qu’à vous de construire votre mandat à venir ou vos prochaines campagnes électorales sur ce socle. Ce dernier se construit, mais il convient aussi de l’entretenir.

Quel meilleur point de départ que les militants, sympathisants, électeurs de ce premier tour, même s’ils ont été peu nombreux à vous soutenir ?

Le Covid-19 a donc mis en lumière des principes de campagne électorale, que beaucoup avaient mis de côté, pensant tout miser sur la rapidité d’action et la communication. Le travail de terrain paye toujours dans une campagne locale, mais il convient de bien s’organiser en amont pour ne pas perdre du temps et ne pas passer à côté de précieuses informations. Contactez-nous !